1. Vai direttamente al menu principale
  2. Vai direttamente al contenuto
  3. Vai direttamente al menu di destra
Home Découvrir la région Arcevia Quoi visiter en Arcevia
Quoi visiter en Arcevia
Centre Culturel « San Francesco » PDF Envoyer

Situé dans l’ancien couvent de San Francesco (XIII-XVIe siècle), le Centre Culturel abrite l'Office du tourisme, l’Archive historique, la Bibliothèque « Angelo Rocca » et la Galerie d'Art Contemporaine avec les œuvres de trois artistes associés à la ville: Quirino Ruggeri (1883-1955), Edgardo Mannucci (1904-1986) et Bruno d’Arcevia (1946).
Les oeuvres sont disposées selon un itinéraire chronologique, qui commence avec des portraits en bronze et en plâtre, de la première moitié du XXe siècle, de Quirino Ruggeri (dont le célèbre portrait de Mimise Guttuso) et continue avec les sculptures d’Edgardo Mannucci, l'un des pères du style informel dans l'art. Ici fut reconstruit son cheminement expressif, depuis ses débuts figuratifs jusqu’aux abords informels successifs à la bombe d'Hiroshima, avec les élégantes spirales frétillantes dans l’espace. Dans la galerie dédiée à Bruno d’Arcevia, des peintures à l'huile sont exposées, ainsi que des céramiques, des graphiques, des dessins qui révèlent un peintre doté d’une main prodigieuse et d’un sens inné de la couleur. Bruno d'Arcevia est l'un des artistes vivants les plus représentatifs du style qui récupère les formes et les couleurs propres du style maniériste du XVIe siècle.

Afficher dans GOOGLE MAPS

 
Eglise « San Francesco » PDF Envoyer

Originaire du XIIIe siècle, l'église fut complètement refaite en 1750, dans un style baroque par l’architecte et plasticien de Genova Lorenzo Bossi. L'intérieur est particulièrement élégant et lumineux, avec un ensemble de statues, des autels et des médaillons en stuc peints avec des couleurs pastels qui célèbrent l'ordre franciscain et ses saints les plus importants.
Parmi les toiles nous évoquons un « San Giuseppe da Copertino » de Giovanni Conca (XVIIIe siècle). Dans l’abside, au-dessus d'un Choeur en noyer (XVIIIe siècle), il y a une composition en stuc avec « San Francesco che contempla il Crocifisso » dans un cadre original aéré de nuages et angelots. À gauche de l’entrée, on peut voir une « Vergine del Parto », une fresque de l'école de la région Umbria et Marche du XIVe siècle, le plus ancien témoignage de peinture à Arcevia. De la plus ancienne église reste aussi le beau portail de pierre rose et blanche le long du cours Mazzini et l'imposant clocher.

 

Afficher dans GOOGLE MAPS

 
Mur d’enceinte PDF Envoyer

La visite d’Arcevia peut commencer par une promenade le long du mur d’enceinte. Il fut voulu, dans sa forme actuelle, par Francesco Sforza dans la première moitié du XVe siècle, qui fit élargir la précédente enceinte avec un puissant système de tours.
Les murs, principalement construits en pierre, s’étendent sur un mille et comportent, le long du parcours, les quatre portes d’accès au centre ville d’origines : la Porta di S. Agostino, la Porta di S. Lucia, la Porta di S. Pietro (ou « del forno ») et  la Porta del Sasso. Ces passages, construits par des maîtres de la région Lombardia, maintiennent encore intacts le charme et  la grandeur de ce lieu. Près de l’actuel Giardino Leopardi, au point le plus haut du mont, se dresse le « Cassero », l'ancienne forteresse. Il est encore possible de voir quelques ruines de cette structure, démantelée à l’occasion de la construction du « Convento dei Padri Cappuccini » au XVIe siècle.

Afficher dans GOOGLE MAPS

 
Collégiale « San Medardo » PDF Envoyer

Cette imposante construction de la première moitié du XVIIe siècle garde de nombreux chefs-d'œuvre, parmi lesquels deux tableaux du peintre de la Renaissance Luca Signorelli: le « Polittico di San Medardo » (1507) et le « Battesimo di Cristo » (1508). De Giovanni della Robbia, on conserve un autel monumental en faïence qui représente la « Madonna col bambino tra il santi Giovanni Battista e Gerolamo » (1510-1513), tandis qu’au frère, Fra Mattia, est attribuée un crucifix (avant 1532) toujours en faïence polychrome.
Parmi les œuvres considérables conservées dans cette église très riche, on mentionne aussi un tableau de Piergentile et Venanzo (1529), les décorations en bois des maîtres graveurs baroques Leonardo Scaglia et Francesco Giglioni (1647-1650) et une « Madonna del Rosario » (1642), un chef-d'œuvre de Simone Cantarini.
De plus, un musée paroissial recueille les œuvres qui n’avaient pas une place adéquate dans l'église, comme un tableau du XVe siècle avec la « Madonna del Soccorso », un crucifix raffiné en argent de l’orfèvre pérugin Cesarino del Roscetto (1524-1525), les oeuvres matures du peintre de Venise Claudio Ridolfi et de nombreuses toiles de Ercole Ramazzani d’Arcevia (1535-1598), élève peintre maniériste de Lorenzo Lotto.

Afficher dans GOOGLE MAPS

 
Jardin « Giacomo Leopardi » PDF Envoyer

Ce parc urbain est une ressource environnementale et naturaliste importante, une sorte de «monument vivant» en transformation continue. Construit comme une pépinière du  « Corpo Forestale dello Stato », à la fin du XIXe siècle, il est aujourd’hui constitué, non seulement d’un environnement vert très apprécié des résidents et des touristes mais aussi, d’un jardin botanique et d’une vraie « aula didattica » (salle didactique) à l’extérieur.
Le parc est un exemple vivant efficace de la biodiversité avec ses soixante espèces d'arbres et d'arbustes, aussi bien autochtones (du Chêne pubescent au Chêne vert, du Charme-houblon  à l’Erable sycomore) qu’exotiques (de nombreuses espèces herbacées), signalées par des pancartes explicatives.

Afficher dans GOOGLE MAPS

 
Musée archéologique municipal PDF Envoyer

Ici, il est possible de parcourir à nouveau les principales étapes de l'histoire ancienne de l’homme dans ce territoire, du Paléolithique à l’époque de la colonisation romaine. Dans la première salle sont exposés les outils en silex de Ponte di Pietra (paléolithique supérieur, 18.000-16.000 avant JC), puis les produits manufacturés retrouvés dans le fossé défensif de Conelle (IV-II millénaires avant JC), l'un des sites les plus célèbres et les plus significatifs de l’âge du cuivre en Italie.
L’endroit habité identifié sur le sommet de Monte Croce-Guardia, avec les restes des activités liées à l’élevage de mouton et à la transhumance, remonte à l’âge du bronze final (XII-Xe siècle avant JC).
Deux salles sont ensuite dédiées à la riche nécropole gauloise (IV-III sec. avant JC) et au sanctuaire retrouvé à Montefortino, où se distinguent les armements et les splendides bijoux féminins ayant appartenu à l'une des plus riches communautés celtiques d’Italie.
Pour finir, une salle est consacrée à la collection préhistorique du chercheur d’Arcevia Anselmo Anselmi (1859-1907).

Afficher dans GOOGLE MAPS

Link a Musan.it - Link vers Galerie d'Art Moderne et Contemporain “Ruggeri, Mannucci, Bruno d’Arcevia”

 
Théâtre « Misa » PDF Envoyer

Construit dans le « Palazzo dei Priori » au XVIIe siècle, il fut entièrement reconstruit en maçonnerie, entre 1840 et 1845, à cause du risque d'incendie permanent. Il fut conçu par Giuseppe Ferroni de Senigallia peut-être avec Vincenzo Ghinelli, tous deux étudiants auprès du célèbre architecte Pietro Ghinelli, auteur du XIXe siècle des plus beaux théâtres de la région Marche.
Le théâtre est un petit bijou architectural dont les loges sont disposées sur trois ordres, avec la belle salle en "U" et une grande scène surplombant le public. A noter aussi le plafond décoré de fresques avec des motifs souples et bariolés, grotesques et floraux, qui encadrent la représentation des muses, poètes et des quatre saisons, oeuvre de Luigi Mancini (1819-1881), également auteur du rideau du théâtre « Pergolesi » de Jesi.

Afficher dans GOOGLE MAPS

 
 

logo Parco Gola della Rossa e Frasassi

logo Comunità Montana

Logo accessibilità

Logo attestante il superamento, ai sensi della Legge n. 4/2004, della verifica tecnica di accessibilità.